- HéBERGéS -

Login
Pass


>> Je m'inscris
>> Mot de passe oublié ?
   
 
     
Le Fléau : La présentation de Warcraft III
 
VOUS ETES DANS LA SECTION : WARCRAFT III RoC > LES GUIDES > LA PRESENTATION DE WARCRAFT III  

 
     
 
Depuis plusieurs années, chaque nouveau jeu de Blizzard est attendu comme une petite révolution… Qui n’a jamais entendu parler de Warcraft, de Starcraft ou bien de Diablo ?

WARCRAFT III : REIGN OF CHAOS.

 

Le savoir-faire, made in Blizzard.

Depuis plusieurs années, chaque nouveau jeu de Blizzard est attendu comme une petite révolution… Qui n’a jamais entendu parler de Warcraft, de Starcraft ou bien de Diablo ? Une communauté de joueurs particulièrement dense, et surtout fidèle, s’est créée autour de ces trois titres-phares : les sites web dédiés fleurissent par légion, et pour prendre les cas les plus extrêmes, certains sont même morts à force de jouer sans relâche …Sans vouloir polémiquer, ces jeux sont devenus de véritables drogues pour beaucoup de joueurs, et dès lors, on est en droit de se demander ce qui fait autant le succès des productions Blizzard..

Très brièvement, petit flash-back pour se remémorer le parcours ascendant du développeur américain . Ce dernier, a fait ses premiers pas sur les consoles 16bits (Mégadrive, Super Nintendo) avec quelques jeux comme Lost in Time (qui d’ailleurs est actuellement réédité sur Game Boy Advance) . Certains s’en souviendront et verseront sans doute une petite larme… J Blizzard connaîtra son premier succès d’estime en développant le mythique Warcraft sur pc , précurseur d’un gameplay novateur, mais néanmoins pas tout à fait finalisé. Dès lors, les hits s’enchaînent : Warcraft II ne tarde à pas se tailler la part du lion à sa sortie ; Diablo, Starcraft, et enfin Diablo II suivront à intervalles réguliers…


Ce qui fait le secret d’un tel succès ? Bill Roppers, grand voudou légendaire de Blizzard, a su le créer et l’améliorer au rythme des sorties : un gameplay parfait, équilibré. Ce qui pourrait être écrit en lettres d’or au-dessus de son lit pourrait se résumer à çà : " Pour faire un bon jeu, faisons un jeu accessible à tous ".  Chez Blizzard, ils l’ont bien compris, le fond prime sur la forme : Que ce soit Starcraft ou Diablo, ces derniers accusent toujours un cran de retard techniquement. Et pourtant, là où d’autres affichent des graphismes ahurissants afin d’appâter le joueur potentiel, Blizzard fournit des jeux graphiquement corrects, et met les bouchées-doubles au niveau de la jouabilité, du plaisir de jouer, et surtout, du besoin de jouer.

Actuellement, les jeux Blizzard se répartissent en 2 catégories :

- jeu de stratégie en temps réel (Warcraft I, II et III, Starcraft).

- jeu de rôles simplistes (Diablo I et II).

Que ce soit dans l’une ou dans l’autre, Blizzard a su adapter des concepts simples, voir basiques , accessibles à tous, à un concept accrocheur : l’envie de faire toujours mieux, d’aller toujours plus loin. A Starcraft ou Warcraft, le joueur ressent le besoin de découvrir la technique ultime qui dévastera ses opposants, à Diablo il sera constamment à la recherche de l’objet qui fera de lui le meilleur guerrier. Ce ne sont pas les milliers de joueurs habitués aux longues nuits blanches qui me contrediront…

Cette petite (Okay, très longue) mise en bouche m’a semblé nécessaire afin de parler de ce qui nous intérésse principalement, c’est-à-dire WARCRAFT III.

Warcraft III, le messie est arrivé.

Annoncé officiellement le siècle dernier, c’est-à-dire approximativement quelque part en l’an 1999, comme le prochain raz-de-marée, Warcraft III a collectionné les retards successifs et pas de mal de bouleversements durant son développement, (nous y reviendrons plus tard) . Alors que certains optimistes optaient impatiemment pour une sortie au plus tard début 2001, le premier beta-test à l’échelle mondiale n’aura finalement lieu qu’au début de l’été 2002. 1000 chanceux (théoriquement, sur le fait moi-même j’ai pu y jouer sans m’être inscrit au préalable, mais chuttt.. ) ont donc eu la chance de faire leurs premières armes sur le fameux Warcraft, 3ème du nom.

Warcraft ? Ca me dit rien…Ohhh l’inculte !

Warcraft (guerre d’alliances, tout de suite c’est moins imposant) a annoncé la couleur lors de sa sortie : les orcs et les humains, ça ne fait pas bon ménage, c’est comme un chien et un chat, moi et ma copi…. J Le précurseur de la Warcraft-mania est né : jeu de stratégie en temps réel (STR donc) dans un monde d’heroic-fantasy. Le principe n’est pas sorcier : on sélectionne un orc qui dit " Zogzog ", on l’envoie à la mine, on construit des unités ,et enfin on va castagner l’autre. Le graphisme est correct, voir mignon (les disproportions d’échelles unités-environnement étaient déjà à la mode), la jouabilité simpliste….Mais d’ores et déjà annonciatrice de ce qu’allait devenir …

Warcraft II ! Véritable cataclysme lors de sa sortie (en l’an …..Chéplus), le graphisme, sans atteindre la perfection bien entendu, s’est littéralement affiné, affiche sans honte une résolution SVGA, et reste toujours dans le même ton : des graphismes mignons, des disproportions unités-environnement toujours aussi flagrantes ( je me suis toujours demandé comment un chevalier pouvait émerger d’un portail plus petit que lui J ), et un humour rafraîchissant (l’ogre qui s’excuse après avoir lâché un énorme pet, le tout accompagné d’une voix que jalouserait Mister Bean…Ok, C’est pas si drôle que çà). Mais ce qui a réellement fait le succès de ce second opus, c’est son côté nerveux : fondamentalement, le principe n’a pas changé d’un pouce, ni même d’un millimètre. Mais il a été revu et corrigé par maestro " Bill Roppers  " : les parties sont devenues bien plus intenses, il est nécessaire de mémoriser pas mal de raccourcis-claviers, et de nouvelles techniques de jeu se découvrent chaque semaine (aaah les nuits en réseau à Warcraft…) Le gameplay Blizzard is Born (I’m aware).

 

C’est bon, revenez, on va parler de Warcraft III.

Et c’est ainsi, que tout naturellement, Warcraft III voit le jour. Du haut de ses 2 années de retard, il ne s’en sort pas trop mal : les screenshots distillés au cours de son développement ont successivement provoqué des " woooaaah ! " , puis des " c’est jolie " et enfin " bon , il serait peut-être temps de le sortir, non. ".

Comme annoncé, le jeu est entièrement en 3D ( trois dimensions, pas les apéro 3D). Alors que ces prédécesseurs se jouaient en vue ¾ de haut, le mot d’ordre ici est : IMMERSION. Comme il a été entendu lors des interviews, l’intérêt principal de développer un moteur 3D dédié est de pouvoir immerger le joueur plus profondément dans l’univers de Warcraft ….Théoriquement, c’est bien jolie, mais sur le terrain, le moteur n’est pas si extraordinaire et si utile que çà (à part pour les cinématiques In-Game (I’m really aware) où tous les plans sont possibles) ; en jeu le moteur ne permet pas des folies : on a la possibilité de monter/descendre la caméra, point barre.

Néanmoins, malgré tout ce qui a été dit plus haut, Warcraft III fait un grand bon en avant par rapport à ses grand frères : techniquement, le jeu est infaillible, les graphismes plus cartoons que jamais même si l’on retrouve toujours les mêmes disproportions unités-environnement (paysan aussi grand qu’un arbre, mais c’est ce qui fait le charme des Warcraft, finalement).

Au niveau de la jouabilité, le gameplay est toujours aussi accrocheur, même si Blizzard a un peu délaissé le côté " gestion des ressources " au profit de la gestion des unités ( j’ai lu quelque part que c’était par pur ‘marketing’, car paraît-il que les coréens exècrent tout ce qui est ‘collecte d’or, de bois ou de ticket-restaurant’).

Avec l’apparition de deux nouvelles races (Elfes de la nuit et Fléau), les possibilités tactiques sont infinies (toute proportion gardée), autant vous dire qu’il va falloir expérimenter…

La grande nouveauté de Warcraft III, c’est l’apparition des héros. Chaque race en compte 3 différents, et ces derniers ont la possibilité d’acquérir de l’expérience durant les combats, de s’équiper à l’aide d’artefacts puissants. Oui, ça ressemble fortement à du jeu de rôle, mais le concept n’est pas assez poussé pour que l’on puisse un jour qualifier WarIII de " Jeu de stratégie en temps réel/jeu de rôle " (n’empêche, çà pourrait être marrant).

Grâce à Battle.net, qui a fait sa première apparition lors de la sortie de Starcraft (si je ne m’abuse, hic) chaque joueur peut trouver et se confronter facilement à des adversaires connectés dans le monder entier : A vous les joies du ladder (Echelle en français….Cà n’explique rien ? grosso modo : collectionnez les victoires et espérez ainsi voir votre pseudonyme dans le classement mondial. Plus d’informations sur le site officiel www.blizzard.com).

Pour résumer ce qui a été dit, Si vous avez aimé Warcraft ou bien Starcraft, vous ne serez ni dépaysés ni déçus.

Les bases sont les mêmes, et ont même été améliorées, techniquement le jeu ne réclame pas une bête de course pour pouvoir tourner correctement (Abandonnez l’idée d’acheter une Silicon Graphics, s’il vous plaît J ).
Si vous ne connaissez pas, mais que vous êtes attirés de loin ou de près par la stratégie ou la tactique, essayez-le . Comme il a été dit dans l’introduction, ce jeu est d’abord destiné au grand public, simple d’accès et très convivial. Ensuite, libre à vous de vous y mettre pour de bon…

Warcraft III est le fruit d’une dure labeur qui a duré près de 4, voire 5 ans. Le voilà arrivé à maturité, prêt à être dégusté. :drooling :

Shog, definitly aware.

 

Lisez la suite pour avoir un rapide aperçu de Warcraft III en quelques chiffres bien pesés, plus la configuration requise.

WARCRAFT III EN QUELQUES CHIFFRES

 

4 races différentes : Humain, Orc, Elfe de la nuit, Mort-Vivant.

12 héros différents (3 par races)

Plus de 200 unités et bâtiments différents

Moteur 3J

12 environnements différents (désert, neige, donjon…)

6 superbes cinématiques ( de courte durée, soit)

4 campagnes solos (une pour chaque race)

+/- 150000 connectés en même temps sur Battle.net

1 éditeur de monde très performant, afin de créer ses propres cartes

+/- 1000 manières différentes de se faire humilier lors d’une partie J

 

Ce qui suit à été recopié de A à Y sur la boîte de jeu.

[Configuration requise]

Windows 98/2000/ME/XP

Pentium II 400 MHz ou équivalent

128 Mo RAM

Carte vidéo 8 Mo compatibiel DirectX 8.1 (TNT, i810, Voodoo3, Rage 128, équivalent ou mieux)

700 Mo d’espace libre sur le disque dur

(Hannibal J ) Lecteur de CD-ROM X4

 

[Configuration recommandée]

Processeur 600 MHz ou supérieur

256 Mo RAM

Carte vidéo 3D 32 Mo

Carte son compatible DirectX 8.1

 

[Macinthosh OS 9.0 ou supérieur / Mac OS X 10.1.3 ou supérieur]

Processeur G3 400 MHz ou supérieur

128 Mo RAM

Carte vidéo 16 Mo ATI Technologies ou nVidia

700 Mo d’espace libre sur le disque dur

Lecteur de CD-ROM X4

 

[Multijoueur]

Connexion internet 28.8 Kbps ou plus rapide

Le jeu en réseau nécessite une connexion TCP/IP

 

[Autres]

Un cerveau en état de marche 400Mhz ou supérieur

Des doigts en état de marche 5 ou plus

Beaucoup de patience 256 Mo RAM

Pas mal de jugeotte 256 Mo RAM

Des réserves de Coca 15 Litres

[RETOUR]

Si vous avez d'autres guides intéressants, n'hésitez pas à me les envoyer par mail.

     
 
   
© Copyright 2000-2019 Equipe OT - Outre-Tombe. Tous droits réservés.